Œuvres poétiques, Mellin de Saint-Gelais (Harsy, 1574, [Luynes & Sercy, 1656])

"J'oy l'hirondelle
Qui son chant
Renouvelle."

Lire la suiteShow less
1 200,00 €
Réglez vos commandes en 4 fois sans frais ou à 30 jours avec Paypal et Klarna. Remise en main propre dans Paris (tous arrondissements). Mondial Relay (2 à 5 jours ouvrés). Colissimo (2 à 5 jours ouvrés).
Référence:
Aimer0
Ajouter à la liste de souhaits
Vous aimerez aussi
Description

SAINT-GELAIS Mellin de, Oeuvres poétiques
Lyon, Antoine de Harsy, 1574, [Paris, Luynes & Sercy, 1656].

In-12, 14x9 cm. [9] ff., 246 pp.
Vélin XIXe, titre pressé en noir au dos, tranches rouges.

Agréable exemplaire, qqs rares brunissures, plus marquées aux pp. 19, 75-78.

Édition qui a paru sous deux autres pages de titre à la date de 1656, au nom de Luynes et Sercy. La notre, trompeuse et assez recherchée semble reprendre la page de titre de l'édition de 1574, à la différence de la marque d'imprimeur changée et de la date en chiffre arabe, la mise en page et la typographie générale sont également légèrement différentes. Elle se distingue surtout des autres exemplaires identiques de 1656 par l'inclusion des pièces érotiques aux pp. 74 à 78.

Mellin de Saint-Gervais (1491-1558), par modestie ou orgueil, œuvra constamment contre la parution de ses textes. L'édition de 1547, seule parue de son vivant, sans son aval et dont on ne connaît que deux ex., est fortement incomplète. Ses créations, plus de 600 recensées à ce jour, se transmettaient par voie orale, par les manuscrits et les inclusions dans les recueils collectifs. Cette impression de mépris de la lettre est aussi trompeuse que notre page de titre : il est peu d'hommes de son temps qui furent autant impliqués dans le livre, lui qui fut chargé des plus grandes bibliothèques, dont la bibliothèque royale, et qui fut admiré par tous comme l'un des meilleurs poètes. Aumônier et conseiller des rois François 1er et Henri II, il gravita dans les plus hautes sphères du pouvoir. Ce fin lettré, maîtrisant grec et latin et qui pratiquait les maîtres italiens dans le texte, aborda volontiers la thématique amoureuse, usant habilement de formes, courtes et plaisantes. La douceur de son style fut grandement appréciée, on le chantait partout, mais on ignorait son nom.

Brunet V, 46 ; Tchemerzine X, 108 pour l'e.o. de 1574 ; Sicard, Bibliographie ; Molinier, Mellin de Saint-Gelays : études sur sa vie et sur ses œuvres, 1910.

Lire la suiteShow less
Caractéristiques
Consulté récemment

Navigation / Catalogue

Se connecter / Rechercher

Créez un compte gratuit pour sauvegarder des articles aimés.

Se connecter

Créez un compte gratuit pour utiliser les listes de souhaits.

Se connecter